Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2007

Les de Nollet, seigneurs de Bourdon (partie II)

8157b5f2de82acd4cbe7b3e77af19fb0.jpgBrève biographie de Joseph de Nollet, prince-abbé de Stavelot et Malmedy.

Né le 18 novembre 1672 au château de Beaumont, Philippe, fils de Nicolas de Nollet et de Jeanne Louise d'Orjo, fait profession à Malmedy le 14 novembre 1692 et abandonne son prénom pour prendre celui de Joseph.

En 1695, il reçoit la tonsure et devient, dès 1696, hôtelier à Malmedy. En 1715, il rate pour une voix l'élection de prince-abbé. Le 23 avril 1722, il est nommé prieur. Enfin, le 14 septembre 1741, Joseph de Nollet devient le 74ème prince-abbé avec 25 suffrages contre 22 à Antoine Thonnard, et est confirmé dans son élection par le pape Benoît XIV en novembre 1741.

Pour célébrer sa prestation de serment, de Nollet organise en mai 1742 de magnifiques cérémonies et soupers pour les religieux de Malmedy. Par contre, sa joyeuse entrée à Stavelot se fera sans éclat en raison des disettes, l'hiver ayant été particulièrement rude.

Août 1753, Joseph séjourne au château de Bourdon chez ses nièces. Il est malade et souffre d'une "érécipelle oedémateuse qui tenait un peu à la phlegmoneuse". Elle attaque la jambe. Le chirurgien Denis de Beauvoix et le docteur Fayotte de Marche constatent une gangrène. Il est trop tard. Le prince-abbé meurt à Bourdon le 16 septembre 1753.

Son corps est ramené à Malmedy mais, la nuit, on faillit perdre son cadavre qui glissa hors du carosse qui le reconduisait. C'est après une certaine distance que les convoyeurs s'aperçurent de la disparition du cercueil et eurent toutes les peines à le retrouver (les "chapelles" ne devaient pas être rares sur le chemin). Finalement, il est enterré dans l'église abbatiale de Malmedy sous un monument funéraire en marbre noir et blanc situé à gauche du maître-autel.

Joseph de Nollet fut beaucoup regretté. Homme de grand bien, charitable, vigilant et d'une grande droiture, il enrichit son église et procéda à d'importantes constructions.

Sa devise était : "NEMINI INFENSAE".

Sources :

Delvaux de Fenffe : "Les Abbés et Princes-abbés des abbayes de Stavelot et de Malmedy", Tongres, 1935

Charles Leestmans : "Messieurs d'Ardenne. Aspects de la vie bourgeoise sous l'Ancien Régime (1500-1800)", Bruxelles, 1983

Gaston Schuind : "Stavelot-Malmedy : une principauté ecclésiastique de l'Ancien Régime", Stavelot, 1914

Les commentaires sont fermés.