Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/10/2008

Eternel Leonard Cohen

Vingt cinq ans qu'on attendait ce moment. Vingt cinq ans depuis la découverte dans un grenier du 45t The Partisan. Enfin, ce dimanche 19 octobre 2008, nous avons eu le bonheur d'assister à un concert de Leonard Cohen.

leonard cohen _0047.jpg

Dans l'inconfortable salle bondée et surchauffée de Forest National à Bruxelles, le chanteur canadien - accompagné de 6 musiciens, Javier Mas, Bob Metzger, Roscoe Beck, Dino Soldo, Neil Larsen et Rafael Gayol, et de 3 choristes, l'habituelle Sharon Robinson et les deux très jolies Webb Sisters (il sait toujours aussi bien s'entourer) - nous a offert ses plus belles chansons.

Faisant son entrée en courant comme un gamin de 10 ans, Leonard Cohen (74 ans depuis ce 21 septembre), coiffé d'un chapeau de feutre, salue la foule, sourit et débute son tour de chant.

Dance Me to the End of Love, Bird on the Wire, Who by Fire, Sisters of Mercy, The Gypsy's Wife, Anthem... Les titres se succèdent et les applaudissements nourris étouffent le début de chaque morceau.

Fin de la première partie. Après une pause d'une demi-heure, le groupe revient et entame Tower of Song. Leonard Cohen joue quelques notes sur son synthé et le public l'acclame. Lui, modestement, répond en français : "Merci, c'est gentil."

Un genou souvent au sol, les deux mains sur le micro, les yeux fermés, le poète-chanteur, de sa voix belle et grave, envoûte la salle. Seul à la guitare, il interprète Avalanche. Sur les deux écrans géants qui surplombent la scène, un gros plan de son visage nous montre ses yeux gris bleu, un regard intense et perçant.

Grand moment de la soirée, après une interprétation magistrale du Partisan, le public ,debout, lui fait une longue ovation. Difficile de décrire cet instant, mais ce fut tout simplement "magique".

Nous ne sommes pas encore au bout de nos émotions. Suzanne, So Long Marianne, Hallelujah, Take this Waltz complètent cette seconde partie pleine de nostalgie et de sensibilité.

no_bigger_than_720_540.jpgEn rappel, notamment, une spendide version de If it Be Your Will par les Webb Sisters.

Comme pour son entrée, Leonard Cohen quitte la scène en sautillant, l'air joyeux, ne se prenant pas au sérieux.

Au final, nous avons assisté à un récital inoubliable qui traverse quarante ans d'une carrière exemplaire d'un grand monsieur, généreux en chansons et en remerciements sincères.

La toute grande classe...

16:54 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musique

Commentaires

Aucun commentaire à ajouter. Tout est dit.
Ce fut grandiose : un grand Monsieur, une modestie, un respect des autres et quel talent !

Écrit par : André | 21/10/2008

Merci pour le commentaire ;-) et pour ce papier qui complète bien le mien..

*Enchanté*

Écrit par : Arnotte | 21/10/2008

Quelques photos du concert de Leonard Cohen à l'Olympia (Paris) prises par Aquagirl le 25 novembre 2008.

http://picasaweb.google.com/carine.aquagirl/ConcertDeLeonardCohenLOlympia25Nov2008#

Écrit par : Frelon vert | 01/12/2008

sold out partout ... quelques places en Allemagne ..
Donc, nous l'avons vu à Francfort le 29 octobre 2008 et comme vous, nous pensons ... un TRES grand Monsieur... sincère, humble ... (en Allemagne), émouvant, respectueux ... talentueux ... que dire ... chapeau Monsieur pour la passion qui est en vous ... ce fut trop court mais bon Alain et Viviane de Bruxelles

Écrit par : Englebert Alain | 06/12/2008

Les commentaires sont fermés.