Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/12/2008

Cécile de France à Namur

La semaine dernière, le théâtre de Namur nous a offert deux très bons spectacles.

 Le premier : Garde à vue d’après les dialogues de Michel Audiard, immortalisé au cinéma par Claude Miller, avec dans les rôles principaux, Michel Serrault, Lino Ventura et Romy Schneider. L’intrigue : deux jeunes filles ont été assassinées dans une ville de province. Une nuit de réveillon, l’inspecteur Gallien (interprété par Michel Kacenelenbogen) décide de convoquer le notaire Martinaud (joué par Patrick Descamps). pict_121964.jpgCelui-ci qui a découvert un des corps est soupçonné d’être le coupable de ce double homicide. Le policier ne possède que très peu d’indices. Commence alors un interrogatoire ficelé, d’abord par la « chansonnette », un interrogatoire cordial, comme dirait le commissaire Maigret. Ensuite, le face-à-face devient de plus en plus tendu. Le suspense va crescendo et le jeu serré entre les deux excellents acteurs est captivant. Un deuxième policier, le jeune inspecteur Belmont qui prenait la déposition d’un quidam qui s’était fait volé sa voiture, rejoint le duo. Le ton durcit. Le jeune flic perd patience et frappe Maître Martinaud. L’interrogatoire est interrompu par l’arrivée de l’épouse du notaire. Elle accuse son mari, avec qui elle n’a plus de « contact », de pédophilie. A bout de force, le visage ensanglanté, Martinaud craque et avoue les deux meurtres. Mais, coup de théâtre, la police vient de retrouver la voiture volée du quidam et dans le coffre… le corps d’une jeune fille étranglée comme les deux autres. Le notaire, innocenté, sort la tête haute, croise sa femme. Celle-ci parvient à subtiliser l’arme d’un des policiers et se tire une balle dans la tête. Rideau.

 Le second spectacle : Le Temps des cerises, pièce de Niels Arestrup, avec Monsieur Eddy Mitchell (ses débuts au théâtre) et notre compatriote Cécile de France, de retour dans sa ville natale. tps-des-cerises-6.jpgJulien est un peintre en panne d’inspiration. Il déteste tout et tout le monde. Une espèce d’ours mal léché. Jane qui a été engagée comme « bonne à tout faire » est jeune, jolie (on confirme !) et pleine de vie mais pas très sûre d’elle. Quand ces deux personnalités se rencontrent, c’est forcément orageux et décapant. Ils vont vivre quelques jours ensemble leur passion pour la peinture. Ce sera une parenthèse dans leur vie, dont l’un et l’autre sortiront transformés. Jolie pièce jouée par deux acteurs impressionnants. Un duo qui fonctionne à merveille malgré la « faiblesse » de l’histoire.

17:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre

Les commentaires sont fermés.