Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2009

Baslieux - Le Maître-Autel

Carte postale représentant le Maître-Autel de l'église de Baslieux (Meurthe-et-Moselle, 54). Edition artistique V. Kremer, Longwy-Haut, série E, n° 460, non datée.

Numériser0001.jpg

28/01/2009

(Self) Service

On nous a dit tant de bien de la pièce Le dieu du carnage de Yasmina Reza que nous nous sommes précipités au théâtre de Namur pour la voir. Effectivement, on s’y est amusé énormément. A voir absolument.

Cependant, nous préférons donner nos impressions sur le nouveau spectacle d’Anne-Cécile Vandalem, anne1.jpg(Self) Service. Etonnante pièce que celle-là ! Présenté au Grand Manège de Namur, (Self) Service est au départ une veillée funèbre où quatre femmes (jouées par Zoé Kovacs, Lara Persain, Anne-Cécile Vandalem et Brigitte Dedry) se retrouvent autour du corps de Sally écrasée dans son banc solaire. Peu à peu, la veillée vire à l’enquête. Mais qui a tué Sally ? Est-ce la mère aux bruyantes lamentations ? La froide sœur  jumelle ? La vulgaire tante en chaise roulante ? Ou encore Nicole, la chanteuse blonde, venue de nulle part ? Celle-ci, régulièrement, se lance dans l’interprétation d’une chanson. La musique composée et arrangée par Pierre Kissling et le jeu de lumière font penser à l’univers de David Lynch. Les costumes, on les dirait sortis de la garde-robe des Deschiens (on imagine très bien Yolande Moreau dans un des rôles).

Mais, le plus étonnant est certainement que ce spectacle soit joué en playback. Il nous a fallu quelques minutes avant de nous en rendre compte, tellement le jeu des actrices « colle» au texte, une parfaite synchronisation qui a demandé un travail énorme. Les quatre voix qui sont récitées, malgré la profondeur de la scène et l’éloignement des comédiennes, sur la même tonalité, sont plus dans notre tête que sur la scène. A la fin de la pièce, on comprendra pourquoi nous avions cette impression.

Jouant derrière une large baie vitrée, plus pour ne pas incommoder les spectateurs, les actrices fumant cigarettes après cigarettes, que pour donner un effet supplémentaire, on a aussi le sentiment d’être devant un écran de cinéma.

Malgré quelques longueurs, on a beaucoup apprécié ce spectacle. Bref, ce (Self) Service, en fabuleux jeu de dupes, est un spectacle fascinant et inquiétant. A découvrir !

13:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre

21/01/2009

Eglise de Marenne

Numériser0006.jpgNumériser0001.jpg
Numériser0007.jpgNumériser0008.jpg

19/01/2009

Les archives photos du magazine Life sur internet

Les archives photographiques du magazine américain Life, dont certaines images sont devenues des icônes du XXe siècle, sont accessibles sur internet.A12LifeCover.jpg

Time a indiqué que ces quelques 10 millions d'images seraient visibles sur Google, via une simple recherche Google ou sur Google images.

La collection photographique inclut des oeuvres de grands noms du sixième art, comme Alfred Eisenstaedt, Margaret Bourke-White, Gordon Parks ou encore W. Eugene Smith. Le film amateur de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy par Abraham Zapruder, y figure également.

Un exemple, le voyage de Monsieur Hulot - Jacques Tati à New-York en 1958.

18/01/2009

Baslieux - Place de l'église

Carte postale représentant la place de l'église à Baslieux (54, Meurthe-et-Moselle). Edit. Antoine. Union Phototypique Parisienne, Asnières-s-Seine. Aucune datation.

Numériser0004.jpg
Dans la revue "Les Amis du Vieux Longwy" (1963-1966), paraissait une série d'articles sur les villages de la région. Ce sont des monographies de la fin du 19ème siècle, souvent rédigées par les instituteurs de l'époque. Voici un extrait concernant celle de Baslieux et de ses habitants.
"Les habitants sont assez robustes, mais peu travailleurs; beaucoup sont pauvres, surtout depuis un incendie, qui en 1814 ou en 1816, a détruit les trois quart du village. Ils sont peu attachés à la terre et préfèrent le travail des usines. Les maçons sont nombreux, on vit au jour le jour, peu soucieux du lendemain. Un grand nombre de familles sont dans une situation de fortune de plus en plus malheureuse, elles ne font aucun effort pour sortir de leur triste situation. Les habitants sont grossiers dans leur langage et batailleurs. La mauvaise foi est le fond du caractère de bien des habitants. La localité a dans la contrée une triste réputation..."
Bien sûr, cet article n'engage que l'auteur qui n'était certainement pas originaire de ce charmant village.

17/01/2009

Chapelle Notre-Dame-de-Bonté à Baslieux

Carte postale représentant la chapelle Notre-Dame-de-Bonté à Baslieux (54, Meurthe-et-Moselle). Editeur P. Antoine. Cliché Legrand. Aucune datation.

Numériser0001.jpg

L'époque de construction de cette chapelle est de la fin du 17ème siècle; maître d'oeuvre inconnu; gros oeuvre en calcaire, en pierre de taille et moellon.

14/01/2009

La grande histoire de Longwy

La grande histoire de Longwy - Histoire et légendes du grand Longwy, capitale du Pays-Haut d'Olivier Cortesi vient de paraître aux éditions Coeur d'Occident Editions (Collection Renaissance de la Nation Lorraine) avec le soutien de la Librairie Vauban.longwy.jpg

En 450 pages et à travers 750 photos et documents, l'auteur nous retrace l'histoire de cette ville de Lorraine deux fois millénaire. Cet imposant ouvrage réalisé en tirage limité (1200 exemplaires) est divisé en une dizaine de chapitres, des origines au vieux château, des remparts de Vauban à la guerre de 1870, des émaux aux grèves de 1979-1984 et en terminant bien sûr par Longwy au patrimoine mondial de l'Unesco.

Bref, une bonne synthèse de vulgarisation attrayante. Néanmoins, une relecture plus approfondie concernant l'orthographe aurait été nécessaire.

13/01/2009

Seul dans le noir

« Et ce monde étrange continue de tourner » Rose Hawthorne.

 Le dernier roman de Paul Auster « Seul dans le noir » est le récit d’un homme immobilisé par un accident de voiture qui se raconte des histoires de guerre durant une nuit d’insomnie. Cet homme, c’est August Brill, critique littéraire, âgé de 72 ans qui habite chez sa fille Miriam, 47 ans et sa petite-fille, Katya âgée de 23 ans. Sa femme est morte l’an dernier. Le mari de sa fille l’a quittée il y a cinq ans et l’ex-fiancé de sa petite-fille a été tué. Paul-Auster-Seul-dans-le-noir-Actes-Sud_img_234_199.jpg

Ce sont des âmes en peine, blessées. Nuit après nuit, Brill reste éveillé dans l’obscurité et invente des histoires qui se passent dans d’autres mondes, dans des univers fabuleux. Comme celle d’une guerre civile qui se déroule aux Etats-Unis en 2007. Les méchants Fédéraux dirigés par un certain George W. Bush sont opposés aux Indépendantistes. Pour mettre fin à ce conflit, Owen Brick doit tuer August Brill qui a inventé cette histoire (une fiction élaborée à travers une structure en miroir qui laisse un peu le lecteur sur sa faim).

Si le narrateur abandonne un moment son imaginaire romanesque, il rumine ses souvenirs personnels : la maladie de sa femme, son divorce et celui de sa fille. Le cinéma également envahit son esprit, comme la théorie des objets inanimés dans La grande illusion de Renoir ou dans Le voleur de bicyclette de De Sica. Il se souvient aussi d’une histoire racontée dans un restaurant bruxellois par un ancien éditeur qui avait passé sa jeunesse en Belgique et s’était ensuite installé en France (Hubert Nyssen ?). auster_1.jpgAvant de passer à table, l’éditeur avait montré au narrateur une fontaine qui se trouvait dans une petite cour au bout d’un passage. Au bord du bassin, une naïade en bronze. La femme qui avait servi de modèle avait été la professeure de littérature de l’éditeur. Arrêtée pendant la guerre en 1942 et internée dans un camp, elle fut condamnée à mort et… écartelée (Où se trouve cette fontaine à Bruxelles ? Qui est cette femme ?).

 Dans la seconde partie du roman, Katya rejoint son grand-père au milieu de la nuit. Depuis la mort de son ex-fiancé, Titus, elle ne dort plus. Même s’ils étaient séparés depuis plusieurs mois, elle pense que c’est à cause d’elle qu’il est parti en Irak comme chauffeur de poids lourd pour une entreprise. Il a été enlevé à Bagdad et exécuté par ses ravisseurs.

« Seul dans le noir » est un roman très sombre qui aurait pu s’intituler « Les cauchemars américains de Paul Auster ». Une funèbre excursion dans le passé et le présent, qui nous parle de la mort, de la maladie, des séparations, des guerres, de l’Amérique de l’après-11 septembre. Les personnages ne croient guère en l’avenir. Très peu d’espoir à travers ces pages. Paul Auster, sexagénaire, se pose-t-il des questions sur sa propre « vieillesse » ? Deviendrait-il lui-même bientôt grand-père ? Quand il a écrit ce roman en 2007, il ne pouvait pas savoir qu’en novembre 2008, les Américains allaient se réveiller et élire comme président, Barack Obama. Une nouvelle naissance pour l’Amérique et… le rêve américain ?

12/01/2009

Entre le héros et le clown

 Jean Rochefort (accompagné par l’accordéoniste Lionel Suarez) était de passage au Théâtre de Namur pour présenter son spectacle « Entre autres ».rochefort.jpg

L’acteur français, âgé de 78 ans, a raconté un florilège d’anecdotes, entre autres, sa rencontre avec Jacques Prévert, un coup de fil de Michel Audiard, le désir de Pénélope Cruz de jouer avec lui (non, elle n’était pas bourrée), l’histoire du mandarin qui a passé 99 nuits… Tiens, tiens, Lucchini a raconté la même fable sur cette scène il y a quelques semaines. Un petit clin d’œil…

Il a poussé la chansonnette, Félicie aussi de Fernandel et un air de Trenet. Il a récité du Bobby Lapointe, du Molière. Il a joué un sketch de Jean Yanne. Il a parlé de ses écrivains qui le poursuivent depuis des années, Cervantès, Primo Levi, Henry Miller, un auteur qui a osé parler de la sexualité. Il a imité des animaux, l’éléphant, le coït du lion, le singe, le caméléon (il est le seul imitateur au monde de cet animal).

Le spectacle en forme d’autoportrait, un peu décousu, sans vraiment de fil conducteur, a beaucoup amusé le public. Monstre sacré du cinéma français, l’élégant acteur est émouvant et touchant mais est aussi à l’aise dans la dérision. Ah, ses chaussettes roses !

16:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, culture

10/01/2009

De la Meuse à l'Ardenne

Entre Ardenne et Meuse ASBL vient de publier son numéro 40 (année 2008) De la Meuse à l'Ardenne.

Numériser0011.jpgAu sommaire : "Vivre dans l'intimité d'une famille bouvignoise au XIXème siècle"; "La villa mosane, une maison de villégiature". Depuis la fin du XIXème siècle, un nombre considérable de villas ont été érigées dans la vallée de la Meuse. Un formidable but de promenade à vélo ou à pied en partant de Namur. Il suffit d'emprunter le Ravel et de remonter le fleuve jusque Dinant. "Une perle en Famenne: la chapelle Saint-Barthélémy de Jamblinne (1758-1759)", et, enfin, la rubrique Glanes et Miels, notamment, un article sur le 200ème anniversaire de la naissance de Ferdinand MARINUS (1808-1890) peintre la vallée mosane et un autre sur la chapelle Saint-Laurent à Havenne (Houyet).

Une fois de plus, cette livraison de très haute tenue, dense et remarquable tant par la forme que par le fond, se distingue d'une manière extraordinaire par la diversité, le sérieux et la profondeur des études historiques qu'elle contient.

06/01/2009

La tour et la chapelle de Bourdon

Voici une série de 4 photos anciennes de la tour et de la chapelle de Bourdon. Il ne nous est pas possible de dater ces clichés. Remarquons la présence d'un verger qui occupait le côté nord de l'église.

Numériser0004.jpg
Numériser0006.jpg
Numériser0008.jpg
Numériser0009.jpg
De nos jours, le paysage a quelque peu changé, notamment la destruction de la gare, le bâtiment blanc à gauche, et la construction de nouvelles habitations dans le Thiers.
P1060759.JPG

04/01/2009

Grune : arrêt du tram

Carte postale représentant l'arrêt du tram à Grune. Carte envoyée en juillet 1928 et éditée par Xavier Praile-Picard, Grune. Phototype E. Desaix, Bruxelles.

En réalité, cet arrêt, bien que situé à quelques centaines de mètres des premières maisons de Bande et de Grune, se trouvait au lieu-dit "Fond de Wamme" qui faisait partie de l'ancienne commune de Roy.

Numériser0003.jpg
Sur la droite de la route dans le sens Marche-Bande, la ferme-auberge Roiseux-Collard et à gauche de la chaussée, la ligne vicinale (section Marloie-Hargimont-Amberloup) mise en service en 1900-1901.

02/01/2009

Marenne : entrée du village et les écoles

Carte postale de Marenne, entrée du village et les écoles. Editée par Maison Hébrand, mag. Spar à Marenne. Cartes-vues A. Smetz, Saint-Servais (Namur). Expédiée peut-être vers 1975.

Numériser0002.jpg

A l'avant-plan, l'ancienne école des garçons. Au sommet de la colline, au centre, la chapelle Notre-Dame, petite construction très sobre de la fin du XIXème siècle, composée d'une courte nef et d'un choeur plus étroit. Du même point de vue, de nos jours, nous ne voyons plus cette chapelle à cause de la végétation.

P1060775.JPG