Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/06/2009

Deux temps, trois mouvements

"La vie est drôle, si on prend le temps de regarder." Jacques Tati.

Un enfant de l'âge de Gérard, neveu de Mon Oncle, marche malencontreusement sur les graviers du parterre de la villa Arpel qui entoure le bassin et le poisson-fontaine. Le décor est abimé. Son grand frère se dépêche d'effacer les traces de pas. Les jeunes garçons, gênés et l'air coupable, regardent autour d'eux. Personne ne les a-t-il vus?

rue-arbre-situat-leg1.jpg

Nous sommes à la Cinémathèque française à Paris pour l'exposition Jacques Tati, deux temps, trois mouvements..., mise en scène par Macha Makeieff. Parcourons ensemble, si vous le voulez bien, cette expo qui rend hommage au cinéaste de la vie moderne, ami des rêveurs et des excentriques.

Nous pénétrons dans un goulet pour une plongée dans les gris acier et les bruits de pas sur la matière plastique. Surgit l'aquarium... du verre, rien que du verre! Un siège aussi sur lequel on ne peut pas s'asseoir. On trouve enfin la sortie de cette vitrine.

Musardons alors. Vision d'une pipe géante et des tiroirs, annotations manuscrites, extraits de plans de travail, affichettes. A gauche, à droite, des sièges, une poubelle, un buste, des vases. Cela s'appelle le Confort-cosy ou l'Arpel's Style. Terrain de jeu favori aussi : la modernité. Une voiture de Baldaccini (dit César) à côté de l'étonnant Tatalititi de Pierrick Sorin.

Et des écrans sur tous les murs... Regardons et écoutons les extraits de films, les 6 leçons du professeur Goudet, les gags inspirés par les grans maîtres américains du burlesque, les pubs avec de jolies dames à la taille fine. Découvrons les images de l'Illusioniste adapté et réalisé en long métrage d'animation en 2009 par Sylvain Chomet. tati2.jpg

Observons la maquette de la villa Arpel et admirons les dessins de David Merveille, de Sempé, de Cabu et de Pierre Etaix.

Enfin, recueillons-nous devant le mausolée joyeux, vitrine qui regroupe les "objets cultes" de toute une carrière : la sacoche et la casquette de François le facteur; les chaussures, le parapluie, la pipe, le pardessus et le chapeau de Monsieur Hulot; l'Oscar et le César d'honneur de Jacques Tati.

Cette exposition, loin de momifier le grand Jacques et de féchitiser les objets mentionnés, s'est focalisée d'abord sur l'architecture, le design des gadgets et le mobilier. Le visiteur, peut-être égaré au départ, découvre alors un tout autre univers visuel et sonore.

Chez Tati, les deux temps sont : éprouver et comprendre; les trois mouvements : observer, imaginer, styliser. 

Extra : Le métier de scripte.

 

08:44 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tati, exposition, paris

Les commentaires sont fermés.