Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/01/2010

De nouvelles directions musicales pour Tindersticks?

Falling Down a Mountain (4AD), le 8ème album studio de Tindersticks sorti ce 25 janvier, a-t-il fait prendre au groupe de Stuart A. Staples de nouvelles directions musicales ?

tindersticks-pcc8-22-lst013586.jpg

On aurait pu le croire sur l’étonnant premier titre éponyme avec ce son free-jazz. Et pourtant, la suite ne confirmera pas ce « renouveau ». En effet, Tindersticks n’a pas oublié les bonnes vieilles recettes des albums précédents : quelques jolies ballades (Peanuts en duo avec la Canadienne Mary Margaret O’Hara, ou encore Factory Girls) bien emmenées par la voix toujours aussi profonde et chaleureuse de l’ami Staples; quelques titres au rythme soutenu (Black Smoke) et des instrumentaux avec grande orchestration (Piano Music).

Finalement, pas de grandes surprises. Un bon album, sans plus. Après l’excellentissime The Hungry Saw sorti en 2008 qui avait annoncé la « renaissance » du groupe, on aurait pu s’attendre avec ce nouvel opus à un peu plus de créativité et d’audace. Ce n’est pas le cas. Mais, ne boudons pas notre plaisir.

Rendez-vous donc aux Nuits Botanique à Bruxelles en mai 2010 pour les redécouvrir sur scène.

23/01/2010

J'ai jamais su

Premier extrait du nouvel album de Jacques Higelin : "J'ai jamais su".

Production : Rodolphe Burger (Ex Kat Onoma) et Ian Caple (producteur notamment des premiers Tindersticks, de Fantaisie Militaire de Bashung et du dernier album de Kat Onoma).

21/01/2010

Higelin : coup de foudre





Quatre ans après Amor Doloroso, Jacques Higelin revient le 22 février prochain avec un nouvel album intitulé Coup de foudre.

Comme son prédécesseur de 2006, celui-ci a été produit par Rodolphe Burger et mixé par Ian Caple ; toujours comme lui, c’est au studio alsacien de Sainte Marie aux Mines de Rodolphe Burger qu’il a été enregistré.

Voici la liste des titres composant ce Coup de foudre :

Coup de foudre
J’ai jamais su
Qu’est-ce qui se passe à la caisse ?
New Orléans
Egéries, muses et modèles
Kyrie Eleison
Hôtel Terminus
Output
Valse MF
Bye bye bye
Aujourd’hui la crise
Expo photos

A noter une reprise d’Aujourd’hui la crise, morceau initialement paru en 1976 sur l’album Alertez les bébés d’Higelin, et toujours plus que jamais tristement d’actualité une trentaine d’années plus tard.

J’ai jamais su est le premier single à être extrait de Coup de foudre.

Plus d’infos sur le site officiel de Jacques Higelin.

20/01/2010

Miousik Papillon

 
Il y a quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, vous avez signé la pétition demandant la ressortie des films de Pierre Étaix. Une nouvelle fois, merci du fond du cœur !
 
En ce début d'année, malgré une décision de justice en sa faveur, les films de Pierre Étaix sont toujours "invisibles". (*** plus d'infos en bas de page)  Alors, puisqu'il est impossible (pour l'instant) de revoir "YOYO" au cinéma, Pierre Étaix a décidé de le faire revivre.... SUR SCÈNE !
 
Après quarante années d'absence, le clown-cinéaste va donc bientôt remonter sur les planches pour nous présenter son tout nouveau spectacle: "MIOUSIK PAPILLON", merveilleuse alchimie mêlant clown, mime, magie, jazz et music-hall...
 
Si le cœur vous en dit, venez donc saluer YOYO (Pierre Étaix), mais aussi Hadrien Trigance (mime), Odile Étaix (chant), Patrice Authier (piano), Pierre Maingourd (contrebasse), Marc Étaix (batterie) dans
 
MIOUSIK PAPILLON
vendredi 22 et samedi 23 janvier à 20h 30
dimanche 24 janvier à 16 heures
au Théâtre du Pont Tournant
13 rue Charlevoix de Villers
33000 Bordeaux
Plus d'infos sur le site
www.theatreponttournant.com
 
 
MIOUSIK PAPILLON ne bénéficie d'aucune subvention, d'aucune aide, hormis l'indéfectible soutien des adhérents, des donateurs ou de personnes comme Ève Marinone, Jacques Marty, Erwan Creff, Alice Duval, Alain Jomier ou Stéphane Alvarez, directeur du Théâtre du Pont Tournant de Bordeaux qui, en offrant à la petite troupe de Pierre Étaix son théâtre et ses équipes, a permis à ce beau projet d'exister. 
 
Pour "vivre" (et être diffusé), MIOUSIK PAPILLON a maintenant besoin d'un petit (ou plutôt d'un gros) coup de pouce.
 
Donc, si comme nous tous, vous souhaitez que le papillon s'envole, rejoignez-nous  en cliquant
 
YOYO a besoin de votre aide et votre soutien !
 

13:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : etaix, culture

18/01/2010

Tindersticks en concert le 13 mai à Bruxelles

La belle histoire d’amour entre Tindersticks et Les Nuits Botanique continue !

Après 4 passages teintés à chaque fois d’originalité et d’inspiration, le groupe anglais confirme sa présence sur l’édition 2010. Une occasion immanquable de découvrir en primeur leur nouvel album sur scène. Fin ‘91, originaires de Nottingham, Stuart Staples et ses deux comparses David Boutler et Dickon Hinchcliffe abandonnent dans l’indifférence générale Asphalt Ribbons pour fonder les Tindersticks, en compagnie de trois Londoniens, Neil Fraser, Mark Colwill et Al Macaulay. Tout de suite la magie est au rendez-vous. Après une poignée de singles renversants, où la mélancolie est portée en étendard, le sextet sort un premier album éponyme en 1993. Disque de l’année pour plusieurs revues spécialisées, la critique et le public sont séduits par la voix de baryton embrumée de Stuart Staples et cet univers sombre et si particulier. Les albums qui suivent sont autant de réussites artistiques qui valent au chanteur, aux allures de crooner désillusionné, et son groupe d’être justement comparés à des personnalités aussi fortes que Leonard Cohen, Nick Cave, Scott Walker, John Barry ou encore Lee Hazelwood. « Can Our Love… » en 2001, marque leur 10ième anniversaire, que le groupe célèbre quatre jours durant en grande pompe au Botanique de Bruxelles. Depuis « Waiting For The Moon » (2003), plus introspectif et dépouillé, on pensait que le groupe avait dit son dernier mot, d’autant plus que le charismatique Stuart s’était entre temps lancé dans une carrière solo. La machine se remet donc en route cinq ans plus tard, avec le fabuleux « The Hungry Saw ». Stuart place alors la barre très haut, mais les Tindersticks ont retrouvé une nouvelle énergie, un deuxième souffle. Pour preuve, leur superbe concert au Cirque Royal en 2008.

Aujourd’hui le groupe reconfirme une nouvelle fois son regain d’inspiration avec la sortie prochaine de leur huitième album studio, “Falling Down A Mountain”. Enregistré dans les faubourgs de Paris, le résultat est imparable. Du plaisir à l’état pur. Ils passeront par Bruxelles pour définitivement vous séduire en Live. Les Tindersticks vous donnent rendez-vous au Cirque Royal de Bruxelles, dans le cadre des Nuits Botanique, le jeudi 13 mai prochain. A voir !

17:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, concert

11/01/2010

Rue du Paquit à Cutry

En 1935, le Café Warion édite une quinzaine de cartes postales sur le village de Cutry (54, Meurthe-et-Moselle) dont le verso à fond vert porte la mention Photographie Scena Piacentini, 9, rue Chanzy - Longwy-Haut.

Cette carte (n° 7) représente le café Warion (à droite) situé dans la rue du Paquit.

Numériser0001.jpg
L'édition du Café Warion est la dernière série de cartes postales sur Cutry. En effet, après la guerre et vers les années 60, seront éditées deux cartes représentant Cutry en photo aérienne.

10/01/2010

Le retour du Grand Jacques

Namur, septembre 1993, sur l'esplanade de la Citadelle, devant une foule en délire (nous y étions - merci à notre adjudant-chef pour nous avoir libérés, cette soirée-là, de nos obligations militaires) et sous une pluis diluvienne, Jacques Dutronc donnait son dernier concert.

Evry, 8 janvier 2010, retour sur scène, enfin, du Grand Jacques!

Bruxelles, 12 mars 2010, rendez-vous à Forest National!

09:13 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : concert, musique

09/01/2010

Les de Vervy, seigneurs de Bourdon

Bourdon, petit village constitué pour l'essentiel de bâtiments des 17e, 18e et 19e siècles en moellons calcaires. Entre autres : une très belle ferme en quadrilatère, jouxtée en bordure de champ par un petit pavillon et par la chapelle Saint-Remacle. Elégant petit édifice de style classique remontant au milieu du 18e siècle, son origine pourrait dater du siècle précédent, comme en témoigne la présence d'une dalle funéraire de Jean de Vervy.

Numériser0003.jpg

Cette dalle qui se trouve sur le côté nord-ouest de cette chapelle, à l'emplacement d'une ancienne porte, représente les quartiers des armes de Jean de Vervy, escuyer, de Bourdon et de Madame Marie Dumont, sa compagne. Ils s'étaient mariés en 1644. Les quartiers encore lisibles sont : de Vervy (d'argent au lion d'azur), de Tellin, Laroco, Obange, Beausin, Samry, Dumont, Devaux (?), Favillon, Bohon, Libert et Monbeeck.

Numériser0002.jpg

Les de Vervy, autre branche de la famille de Tellin, étaient originaires de Vierves près de Couvin et s'étaient installés en Famenne au moins depuis le 14e siècle.

Jean de Vervy était le fils de Jean de Tellin dit Vervy né vers 1555 et mort en 1640 qui épousa Anne d'Anlier dont lui échoit après 1610 la seigneurie de Bourdon; petit-fils de Henry de Vervy et arrière-petit-fils de Rollant de Vervy (mort vers 1531), voué de Focant et homme féodal de Mirwart qui épousa en 1499, Agnès de Tellin, fille de Jean de Tellin, dit le Jeune, seigneur de Mohimont, châtelain de Mirwart et échevin de Marche-en-Famenne (avant 1484), et époux en secondes noces de la veuve de Henri de Jemeppe.

Numériser0004.jpg

Marie Dumont était la fille de Jean Bechet du Mont et de Marie Favillon; petite-fille de Bernier du Mont époux de Catherine de Marenne dite de Bohon; et petite-fille de Philippe Favillon et de Catherine Monbeeck. Les parents de Catherine de Marenne étaient Bastin de Marenne, écuyer et échevin de Marche, et Marie de Bohon.

Source : Histoire du châtelain de Tellin et de ses habitants, dans l'Intermédiaires des généalogistes, 1974/1, n° 169.

Notes sur l'abbatiale de Saint-Hubert:

L'abbatiale présente aujourd'hui un grand nombre de dalles funéraires attestant de la volonté des abbés, des moines et des multiples donateurs de se faire enterrer dans l'église, lieu de sauveté, plus près du Christ, de la Vierge et des saints, plus près de la Rédemption et du Paradis.
L'abbatiale contient les corps des abbés depuis sa reconstruction en 1525. Certains ont été enterrés dans la crypte, près de l'autel de la Vierge. On y voit encore la dalle funéraire de Nicolas de Malaise, abbé-bâtisseur, et Jean de Schennemaele, celle de Clément Lefèvre, auteur des premières transformations de l'abbatiale au début du 18e siècle, la tombe de Nicolas de Fanson, grand réformateur de l'abbaye au 17e siècle. D'autres ont été inhumés dans le choeur comme les abbés Remacle de Marche et Jean de Lamock: leur monument fut déplacé lors des transformations du 18e siècle ; il est aujourd'hui conservé dans une des chapelles du déambulatoire. Une dalle funéraire est encore en place au milieu du choeur des moines: il s'agit de celle de Cyprien Maréchal, bâtisseur des voûtes et des orgues.
Si la crypte et le choeur sont réservés aux abbés, on rencontre toutefois, dans la première chapelle du déambulatoire côté nord, la dalle funéraire de Jean-Bernard de Wervy, escuyer vivant seigneur de Bourdon-Habaye-Marenne et autres lieux dans la province de Luxembourg qui s'étant retiré du monde en cette abbaye y est décédé le 23 janvier 1726 et attend sous cette tombe la résurrection générale [...]. L'abbé lui a réservé une place de choix, sans doute parce qu'il a cédé au monastère l'ensemble des biens et revenus qu'il possédait à Tellin.
Jusqu'à la construction d'un cimetière près de la Porte du Parc, des moines ont été inhumés dans les bas-côtés de l'abbatiale comme en témoignent la dalle funéraire du moine-pénitencier (autorisé par l'abbé à confesser) Jean Balthazar, mort le 2 février 1707 (4ème chapelle du collatéral sud) ou encore six pavés noirs sur lesquels sont gravées les initiales de moines avec leur date de décès.
A l'entrée de l'église, près des fonts baptismaux, se trouve une très belle mise au tombeau, monument funéraire en marbres et pierres blanches datant du milieu du 17e siècle. Le Christ est porté dans le cercueil par Nicodème et Joseph d'Arimathie. Saint Jean, les trois Marie et un personnage non identifié encore, assistent à la scène. Les trois statues en pierre qui surmontent le monument représentent l'Immaculée Conception, saint Hubert et saint Nicolas.

 

03/01/2010

James Thiérrée sur France 2

Profitez vite du reportage (voir lien) que France 2 a consacré au spectacle "Raoul" de James Thiérrée qui triomphe à Paris.

http://jt.france2.fr/player/13h/index-fr.php?jt=20100103&...