Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/07/2011

Musiques en stock au festival de Cluses

 Concert complet enregistré ce 7 juillet 2011 au festival de Cluses.

http://www.musiques-en-stock.com/index.php?id=370


RODOLPHE BURGER LIVE À MUSIQUES EN STOCK par CHICKENSCHICOTS


RODOLPHE BURGER LIVE À MUSIQUES EN STOCK par CHICKENSCHICOTS

Et en bonus, l'excellentissime CUPID!!!


Rodolphe Burger - "Cupid" Live at Radio Lucien par TeleLucien

Bonus : concert radiophonique à télécharger : http://dl.free.fr/getfile.pl?file=/95cqgf59

Le concert dessiné de Rodolphe Burger, Dupuy et Berberian du 14 octobre au 104 à Paris comme si vous y étiez

21:56 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rodolphe burger

Commentaires

Il semble fatigué, notre Rodolphe. Tomber sur scène n'est pas dans ses habitudes...

Écrit par : Mathias | 13/07/2011

Concert incroyable, merci pour le lien. A regarder absolument en entier pour en capter toute l'intensité. Le sorcier Burger semble bien à son aise. La reprise de Skyp James en introduction est superbe, ce blues plaintif qu'il reprend à sa manière, sans rien lui ôter de son émotion. Moonshiner est explosive, les saillies de guitare sont comme de véritables ondes de choc. Le public, ces chanceux, ont dû bien en profiter... Radioactivity -devenue presque un classique- n'a, avec le temps, rien perdu de son caractère menaçant...
Que de plaisir à visionner ce concert, on voudrait le revoir sur scène au plus vite!

Écrit par : catfish | 19/07/2011

Merci Catfish pour le commentaire. Et encore il n'y avait qu'une guitare sur Radioactivity. Quand Poirier s'y mettait aussi (avec Kat Onoma), en live, on touchait au sublime... Et ce "Hard Times Killin' Floor Blues" de Skip James... Rien à dire. Seulement à réécouter en boucle. Et qui sait peut-être en live.

Écrit par : Frelon Vert | 19/07/2011

Au coin d'une table, entre deux gorgées d'apéritif ou presque (c'est un peu l'impression qu'on en a), il prend une guitare et d'emblée s'instaure un certain mystère. On est immédiatement pris, happé. Ce titre emblématique de Kat Onoma, interprété là en version totalement dépouillée n'en demeure pas moins intense et profond, c'est incroyable. Il fait remonter à la surface comme une mélancolie qui vient de très loin, tel un médium. J'espère que nous ne serons pas orphelin de tous ces joyaux de Kat Onoma et que nous aurons la chance de les revoir sur scène.

Écrit par : catfish | 18/08/2011

1 h 10 de concert ?! merci !

Écrit par : gael | 13/10/2011

Les commentaires sont fermés.