Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/09/2011

Pierre Etaix à Namur

Le mardi 4 octobre 2011, Pierre Etaix sera présent à la Maison de la Culture à Namur à 20h00 pour la présentation de deux de ses oeuvres : "Heureux Anniversaire" et "Le Soupirant".

Dans le cadre de la 26ème édition du FIFF, le festival namurois a tenu à rendre hommage à un grand cinéaste français : Pierre Etaix. Originaire de Roanne où il voit le jour en 1928, Pierre Etaix montre tout jeune des aptitudes pour le dessin et entretient une fascination pour l’univers du cirque et du music-hall. Graphiste de formation, initié à l’art du vitrail par le maître Théodore-Gérard Hanssen, il apprend en auto-didacte la magie, le saxophone, la trompette, le concertina et la mandoline. À 17 ans, il intègre une troupe de théâtre amateur et se produit dans des revues locales. Il y monte notamment des numéros musicaux, mais aussi de pantomime, d’illusion, de caricature express, ainsi que des entrées de clowns. Parallèlement, il vit de son travail d’illustrateur pour les éditions Hachette, à Paris. En 1954, il rencontre Jacques Tati pour qui il travaille comme dessinateur et gagman à la préparation de son film « Mon oncle », puis comme assistant réalisateur sur le tournage.

pierre_etaix02.jpg

(Photo de Matthieu Dupont)

Son apprentissage de la construction comique proprement cinématographique le conduit à la réalisation de son 1er court métrage « Rupture » (1961), qu’il co-signe avec Jean-Claude Carrière. Au lendemain du tournage du film, Pierre Étaix présente à son producteur l'idée de son 2ème court métrage « Heureux anniversaire » qui obtient, entre autres, l'Oscar du Meilleur Court métrage en 1963. La réussite de son 1er long métrage « Le Soupirant » (1963) l’inscrit définitivement dans le prolongement des grands maîtres du slapstick (cinéma comique au temps du muet) qu’il admire tant. Le film obtiendra d’ailleurs le prix Louis Delluc. En 1964, il rend hommage au monde du cirque, en tournant « Yoyo », à nouveau écrit et réalisé avec Jean-Claude Carrière, programmé cette année dans le cadre des séances FIFF Campus. Ses films suivants se feront plus satiriques. Dans « Tant qu’on a la santé » (1965), « Le Grand Amour » (1968), puis « Pays de cocagne » (1969), il croque un portrait sans complaisance de ses contemporains. La profession et la critique ne le lui pardonneront pas. A partir de ce moment, Pierre Étaix se consacre alors de plus en plus au cirque. C’est ainsi qu’il part en tournée avec Pinder et fonde, en 1973, l’École nationale de cirque avec son épouse Annie Fratellini.

Il faut attendre 1985 pour qu’il fasse une nouvelle incursion dans le monde de l’image. Il signe sa première pièce de théâtre « L'Âge de monsieur est avancé », hommage à Sacha Guitry et à l'art du théâtre. L'année suivante, c’est Georges Méliès qu’il salue en réalisant le court métrage en images de synthèse « Rêve d’artiste ou le cauchemar de Méliès » ainsi que le feuilleton « Rapt » de la série « Souris noire » qui obtient le FIPA d'argent. En 1989, il se voit confier la réalisation du premier film de fiction en format omnimax, « J'écris dans l'espace ». Ce dernier opus signe malheureusement la fin de la carrière cinématographique de Pierre Étaix : il est en effet dans l’impossibilité de faire aboutir les projets de deux moyens métrages co-écrits avec Jean-Claude Carrière. Malgré cela, il ne cesse de travailler. En janvier 2010, il remonte sur les planches et fait réapparaitre, après quarante années d’absence, le personnage de Yoyo avec son nouveau spectacle de music-hall « Miousik Papillon ». Pendant vingt ans, cinéphiles, amateurs de comédie mélancolique et passionnés de poésie visuelle ont été privés de l’oeuvre précieuse de Pierre Étaix. Désormais à nouveau en pleine possession de ses droits d’auteur, Pierre Etaix peut présenter à une toute nouvelle génération son univers et ses films. L'intégrale Cinéma Pierre Étaix a été restaurée par Studio 37, la Fondation Technicolor pour le Patrimoine du Cinéma et la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma.

Assurément, une rencontre unique à ne pas manquer!

22:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, pierre etaix

Les commentaires sont fermés.