Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/04/2016

Le retour de James Thierrée à Namur en septembre 2016

James Thierrée sera de retour à Namur au Théâtre royal du 21 septembre au 2 octobre 2016 pour son spectacle "La grenouille avait raison".

http://www.compagnieduhanneton.com/FR/spectacle/la-grenou...

james thiérrée

james thiérrée

Photos de Hughes Anhes.

 

Critique tirée de :

http://www.letemps.ch/culture/2016/04/07/elegie-animale-j...

par Alexandre Demidoff

L’élégie animale de James Thierrée ensorcelle au Théâtre de Carouge

Avec «La Grenouille avait raison», le petit-fils de Charlie Chaplin signe une échappée aussi mélancolique que personnelle, servie par des interprètes magnifiques.

Un jour, James Thierrée a dit que sa foi s’est logée dans ses rotules. Et que ses idées se «promènent dans les cintres à contrepoids du plateau.» Le petit-fils de Charlie Chaplin voulait signifier par là qu’il n’y a pas d’imagination sans muscles pour la magnifier, pas d’affabulation sans ficelles et poulies. De cette conviction résulte, depuis une fantastiqueSymphonie du hanneton en 1998, des broderies voltigeuses, souvent somnambuliques, hauturières, c’est-à-dire faites pour le grand vague, des pièces en somme qui s’infiltrent en papillons dans la mémoire. C’est ce qui se produit au Théâtre de Carouge avec La Grenouille avait raison, sa nouvelle création encore verte le soir de la première, en panne de ressorts même par moments. N’empêche que la matière est là, traversée par un courant de mélancolie et de folie bohème qui est la signature de l’artiste au théâtre comme au cinéma – il est marquant en clown torturé aux côtés d’Omar Sy dans Chocolat.

L’extase, vingt mille lieues sous les mers.

Au seuil des fantasmagories de James Thierrée, il y a toujours un ravissement. Un «oh» qui vous redresse sur votre siège, vous projette dans la fiction. C’est un sortilège de famille, un capital poétique. Ses parents, Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée promènent depuis un demi-siècle leur Cirque Bonjour, puis Cirque Invisible, en disciples de Lewis Caroll. Sa soeur Aurélia traverse les airs elle aussi, dans Murmures des murs par exemple, au Théâtre de Carouge déjà au mois de décembre 2012. Le rideau rouge s’ouvre donc à l’instant. Et vous dites «oh».

C’est vingt mille lieues sous les mers. Ou un tableau organique de Max Ernst, ce surréaliste qui chérit les plantes carnivores, les mandragores vénéneuses. Sur une conque, un Peter Pan guette comme un oiseau marabouté, captif d’un bas-fond. C’est James Thierrée, allure volatile et altière. A main gauche, un piano fantôme sur lequel tombent en tentacules les bras d’une musicienne somnolente, la magnétique Valérie Doucet. Pas loin, un poste de télévision miniature sur lequel s’affairera, comme devant une boîte démoniaque, un petit mage dégrisé (Yann Nédélec). Sur ce trio plane une créature formidable, hugolienne, un poulpe peut-être, une araignée des mers qui les surplombe de toutes ses pattes en forme de nénuphar. Là-haut, loge une naïade nargueuse dont la chevelure est un poème – l’énigmatique et acrobatique Thi Mai Nguyen.

Une verve burlesque, mais des eaux infernales.

De quoi parle James Thierrée? D’une malédiction dont serait victime une fratrie. Une voix off le souffle. Mais aussi de rêveurs qui chercheraient la sortie d’un mauvais songe. Mais encore des angoisses qui vous empoissent. Plus grave que La Symphonie du hanneton au Théâtre de Vidy au début des années 2000, plus déchiré qu’Au revoir parapluie à Vidy aussi en 2007, La Grenouille avait raison fait écho à nos naufrages. Alors, certes, il y a ces vertiges de fête foraine, quand James Thierrée s’agrippe à une échelle géante, qu’il se met à tourner sur ce mât d’infortune; ou quand Yann Nédélec arrache un bras (mais oui), puis sa chevelure à Valérie Doucet, belle endormie sur son clavier. Ou encore quand James se frotte à un rôdeur orgueilleux (Samuel Dutertre), l’embrasse de toutes ses forces et lui dérobe le manteau qu’il portait. Verve burlesque.

Mais l’eau du conte est parfois infernale. L’artiste met des gestes sur la fureur des jours. Dans ces bas-fonds, on ne cesse de se désaccorder en musique, avec l’aide de Mozart, de Schumann, d’Otis Reding, ce prince de la soul encore, de la somptueuse Mariama surtout, cette chanteuse à la cape envoûteuse qui dit que «guérir les corps ressemble à la musique.» Voyez comme James et Valérie Doucet s’égratignent. Il la harponne, elle lui glisse des pattes; il la rattrape, elle s’enroule autour de lui comme une tentatrice d’Egon Schiele. Ils ne forment bientôt plus qu’un corps torsadé et grimaçant. Ces noeuds se font et se défont à toute vitesse, comme si rien ne pouvait sauver d’un désastre prémédité. La Grenouille avait raison est un marais infesté. Une machine s’avance à présent: un robot au bras chirurgical et méchant qui frappe un ciel de métal. Puis c’est un poisson blanc ventripotent et hilare échappé des doigts fantasques de Victoria Chaplin que James a toujours vu fabriquer des animaux fantastiques.

Une symphonie d’engrenage.

Dans la revue Egoïste (Numéro 16, tome 2), l’artiste racontait en 2011 qu’un spectacle est «une symphonie d’engrenage». Une affaire de flexion, de torsion, de vases communicants, de largage, de filage etc. Il confiait aussi aimer se jeter à corps perdu dans les «mécaniques serrurières», dans la hâte de les découvrir toutes. A Carouge, certaines serrures résistent encore. Mais c’est ainsi que grandissent les châteaux hantés. Il y a quelques années, il invitait à la cavale dans La Veillée des abysses. Le sortilège de La Grenouille pourrait se résumer ainsi: elle fait de chacun un veilleur d’abysses.

La Grenouille avait raison, Théâtre de Carouge (GE), jusqu’au 8 mai; loc. 022/343 43 43; www.tcag.ch

 

13:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james thiérrée

09/04/2016

Quatre Bras de Lignières : carte postale

carte postale, Roy, Lignières

Editeur : Huberty Gustin, agent de la Sté Lister.