Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/10/2008

"Le Point sur Robert" en DVD

Bonne nouvelle pour celles et ceux qui ont apprécié le spectacle de Fabrice Luchini Le Point sur Robert, récemment présenté à Namur et à Bruxelles.

7e65c33681964cfe32de6f38e4528b93.jpg

En effet, le 17 novembre 2008, sortira le DVD de ce show qui nous a laissé un très bon souvenir (voir note du 4 octobre 2008).

Sur Dailymotion, vous pouvez retrouver Luchini en spectacle filmé en 1998 par Benoît Jacquot.

Ce film s'intitule Par coeur et... ce n'est que du pur bonheur...

 

 

19:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : acteur, théâtre, cinéma

04/10/2008

Fraternel, Luchini

Il n'existe pas un être capable d'aimer un autre être tel qu'il est. On demande des modifications. Paul Valery.

Epoustouflant, ce Fabrice Luchini.

Présentant son spectacle Le Point sur Robert - son vrai prénom - au Théâtre de Namur, le génial acteur a récité pendant 2 heures des textes de ses auteurs préférés : Paul Valéry, Roland Barthes, Chrétien de Troyes, Gustave Flaubert, Jean de la Fontaine.

827a5c136b31bb6603bac39471061893.jpg

Textes aussi pointus qu'exigeants qui ne peuvent être déclamés que par quelqu'un qui les aiment et les admirent. Son enthousiasme, il le partage avec son public. Le postillon abondant - le premier rang des nantis en fait souvent les frais -, les mots sont prononcés dans une diction parfaite. Combinant le geste à la parole, cette bête de scène danse sur la musique des Bee Gees, court comme ses anciens collègues coiffeurs, ou encore, se couche sur la scène tel un acteur subventionné d'Avignon.

S'en donnant à coeur joie, il mêle aux extraits de textes ses apartés délirants : les imitations de son ami Johnny et de son maître Michel Bouquet font rire aux éclats un public invité aussi à répéter en choeur la phrase de Jean Genet : Assieds-toi sur ma bite, et causons.

Parfois, ce même public devient involontairement acteur. Luchini entend tout et voit tout (la salle n'est pas totalement plongée dans le noir). Une dame quitte sa place au milieu du spectacle, et c'est l'occasion pour cet improvisateur hors pair d'interrompre sa logorrhée et de hurler que c'est la première fois qu'une dame ose partir avant la fin. Un homme? Ce n'est pas grave, sûrement un lecteur de l'Equipe. Mais une femme... Bruit assourdissant! Une planche vient de se détacher accidentellement d'une balustrade dans la salle, et c'est l'occasion d'improviser sur ce morceau de bois à la manière de Guitry.

d2121c8457884b28d68f37897ab59d83.jpg

Arrive l'épisode de Perceval, le Gallois, roman de Chrétien de Troyes, adapté au cinéma par Eric Rohmer en 1978, avec dans le rôle du chevalier, le très jeune et androgyne Luchini âgé de 26 ans. Les anecdotes hilarantes se succèdent. Luchini mime, danse et chante les premières scènes du film (on a maintenant envie de voir ce chef-d'oeuvre du 7ème art). Il donnait la réplique à une très belle et jeune actrice, une certaine Arielle Dombasle. Nous avons droit alors à un des moments les plus étonnants et les plus désopilants du spectacle : Fabrice Luchini parodiant la démarche d'Arielle Dombasle. Cette caricature, à elle seule, valait le déplacement.

Grâce à ce film et à son rapport au téléphone, le jeune acteur rencontre Roland Barthes et... son béret basque. Un moment d'anthologie que cette rencontre.

L'émotion est de retour. Flaubert tient la vedette dans la dernière partie, Un Coeur simple ou Salammbô. On n'est pas loin de Charleville. Les mots de Rimbaud envahissent le théâtre.

Sur la fin, sentant la faim venir - une dame dans la salle lui lance : Viens chez moi, j'ai une quiche au frigo -, à la demande des spectateurs, un dernier florilège : une chanson d'Adamo (il a osé) et un petit bout du P'tit Bonheur du québécois Félix Leclerc.

Mais pour terminer, pour rehausser le niveau, deux fables de La Fontaine : le classique Le Corbeau et le Renard en verlan (Holàlà!) et le magnifique Lion Amoureux.

Prouesse scénique éblouissante d'un acteur qui surprend. Chapeau, Monsieur Luchini!

La plupart des hommes ont de la poésie une idée si vague, que le vague même de leur idée est pour eux la définition de la poésie. Paul Valéry.

11:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : théâtre, acteur